Un petit avant-goût du tout nouveau JBuilder 7

J'utilise, depuis peu, quotidiennement dans le cadre de mon travail JBuilder4 professionnel. Aussi, c'est avec joie que je découvre JBuilder7 Entreprise. J'ai donc pu essayer la version bêta et voici donc ce que j'en ai retenu et à peu près dans l'ordre où j'ai découvert le produit.

Article lu   fois.

L'auteur

Site personnel

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

I. Reprise de l'existant

Tout d'abord, le test de la reprise d'un projet JBuilder4 : aucune surprise, ou plutôt si, une bonne surprise tout se passe comme il faut et rien n'est perdu ou à refaire.

II. L'EDI et la productivité : aide au développement

Ensuite, testons la modification du code et notamment le comportement face aux erreurs de programmation. Là encore, un très bon point, les erreurs apparaissent soulignées en rouge et lorsque l'on place la souris sur le code erroné, un petit « hint » nous rappelle directement le texte de l'erreur tout en proposant l'accès à l'aide en ligne par un bouton à cliquer.

J'apprécie aussi la possibilité de fermer directement les fichiers source en cliquant sur la petite croix de fermeture qui apparait maintenant dans chaque onglet.

Dans le menu projet, on trouve à présent une option « ajout de paquet » qui ouvre un explorateur de fichier/package/classe qui permet de localiser facilement ces derniers et de les ajouter à votre projet.

Nous avons aussi la possibilité de gérer des favoris dans les boîtes de dialogue d'ouverture de fichier, projet ou encore dans celle de sauvegarde.

Une autre nouveauté intéressante est l'ajout dans le menu Édition de fonction de « refactoring » comme l'encapsulation dans un groupe Try/Catch du code sélectionné, l'aide au changement des paramètres d'une méthode avec la répercussion dans le code source des modifications apportées ou encore la possibilité de renommer une méthode et de répercuter la modification.

Une autre option de refactoring pratique est celle qui permet d'introduire une variable. C'est-à-dire de remplacer la déclaration sous le curseur par une variable à laquelle la déclaration a été affectée.

Ainsi l'introduction d'une variable mavar dans le code B A = new B();

donne

 
Sélectionnez
B mavar = new B();

A = mavar ; 

III. Construire ses programmes

Dans les options de construction du projet, il y a quelques nouveaux onglets. Par exemple la possibilité de personnaliser le menu projet/construction, lequel propose une nouvelle option « clean » qui permet de nettoyer son projet. Un onglet convertisseur SQLJ qui permet le choix entre un convertisseur de code SQLJ Oracle ou DB2 vers Java et un onglet ant qui permet d'ajouter des tâches ant personnelles…

IV. Documentation des programmes

Bon, passons à la partie UML. En quelques secondes, voilà mon application modélisée graphiquement et d'une façon très propre, sans avoir besoin de compiler quoi que ce soit. Il est même possible de naviguer dans le source à partir de clics dans le diagramme UML. (Bien que l'outil UML indique que le diagramme risque d'être imprécis sans reconstruction du projet.) Il est visuellement très intéressant de pouvoir naviguer dans les classes qui composent l'application, surtout quand le projet est un peu volumineux.

L'expert Javadoc est aussi très intéressant et permet de faire une documentation technique précise et propre de son projet. Allié à l'outil UML, documenter une application devient très facile.

JBuilder permet aussi maintenant la prise en charge de l'impression sur de très grandes pages et ce afin de pouvoir imprimer les diagrammes UML (format A0 et A1).

V. Distribuer facilement ses applications

Un autre point important, la distribution des applications. Pour cela, JBuilder 7 propose un expert qui permet de créer des exécutables pour différentes plateformes (exe Windows, exe Windows console, Linux, Solaris, Mac OS… ). Avec cet outil, qui au début ressemble à l'expert de création d'archives de JBuilder4, il est très facile de créer un .exe (par exemple) qu'il suffit ensuite de lancer pour exécuter son application.

Dans le même ordre d'idée, je mentionnerai l'expert Java Web Start qui permet de générer la page HTML ainsi que le fichier JNLP afin de pouvoir utiliser la technologie Java Web Start pour déployer les applications.

En guise de conclusion, je peux dire, en tant que nouveau venu au langage Java et récent utilisateur de JBuilder que, avec JBuilder7, Borland fournit au développeur, une fois encore, un outil très professionnel, pensé pour l'aider à réaliser son travail le mieux possible tout en le soulageant au maximum des aspects répétitifs et rébarbatifs du codage, lui permettant ainsi de mieux se concentrer sur son projet tout en lui offrant la possibilité d'en garder une vue globale grâce aux nombreuses fonctions de navigation comme celle par le diagramme Ulm.

À lire pour compléter : Borland annonce : Quoi de neuf dans JBuilder7 et JBuilder 7… un vrai millésime !

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Les sources présentées sur cette page sont libres de droits et vous pouvez les utiliser à votre convenance. Par contre, la page de présentation constitue une œuvre intellectuelle protégée par les droits d'auteur. Copyright © 2013 Olivier Constans. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.